Qui es-tu Sampa The Great, jeune rappeuse qui met le feu à l'Europe ?

Signée chez Ninja Tune, Sampa The Great revient avec un single coup de poing, « OMG », et annonce son premier album pour la rentrée. On fait le bilan d'étape sur cette nouvelle sensation.

Conçue pour durer. Voilà deux ans que l’on n’avait pas vraiment eu de nouvelles de Sampa The Great. C’était en 2017 avec la sortie de son EP « Birds And The BEE9 », et c’est tant mieux : dans une époque où tout va trop vite, cela nous a laissé le temps de digérer pleinement ses morceaux, trop intenses, trop singuliers, trop hybrides et trop spirituels pour lasser ou ne pas durer. Il semble de toute façon que Sampa The Great soit taillée pour séduire. Pour preuve, on tient ses concerts donnés en premières parties de Thundercat, Ibeyi, Hiatus Kaiyote ou Kendrick Lamar. Solide.

Il était une fois. Pour bien comprendre qui est Sampa The Great, il faut retourner en Afrique australe aux débuts des années 1990. Née en Zambie et élevée au Botswana, Sampa grandit au milieu de ses tantes, dans un petit village, avant de prendre un billet d'avion pour l'Australie. Objectif : obtenir son diplôme d'ingénieure du son. Ce sera l'occasion de rassurer son père... Car Sampa, elle, a d'autres ambitions : passionnée par 2Pac et Lauryn Hill, elle rêve d'être rappeuse. Alors, en parallèle, elle écrit : des poèmes, de la musique, du rap.

Son de la diaspora. Aujourd’hui, c’est son premier album que Sampa The Great s’apprête à sortir, « The Return », le 13 septembre prochain. En attendant, la Zambienne tease son nouveau projet au compte-gouttes avec différents extraits. Il y a quelques semaines, on découvrait émerveillé Final Form, et son sample fabuleux de Stay Away From Me de The Sylvers. Désormais, c'est au tour d'OMG de capter l’attention avec ses velléités hip-hop, ses clins d’œil aux rythmes sud-africains et sa volonté de questionner le patrimoine africain, de comprendre ce que signifie « être chez soi » en 2019.

Un thème qui, visiblement, a servi de fil rouge pendant l’enregistrement de « The Return » : « Je sens personnellement que les gens du continent ont un devoir envers la famille de la diaspora, celui de propager à nouveau notre culture, nos langues, notre spiritualité, nos façons de faire et de savoir nous enrichir nous-mêmes, explique-t-elle. Le foyer est décrit de bien des façons et signifie beaucoup de choses différentes pour tout le monde. J’ai dû redéfinir dans ma tête et dans mon esprit ce que signifiait la maison. »

Crédits photo : Barun Chatterjee.

À noter que Sampa The Great sera en concert le 21 novembre au Point Éphémère.

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS