L’irrésistible ascension de Frànçois and The Atlas Mountains en 5 dates

Avec son nouvel album "Solide Mirage", le groupe français affirme la sophistication de sa pop plurielle et exotique en jouant la carte de l’engagement. Une occasion de demander à son leader, Frànçois Marry, de revenir sur les grandes étapes des Atlas Mountains.

Septembre 2003, les tout débuts outre-Manche. « J’arrive à Bristol. J’ai une trompette, un petit sampler, je suis fan de la musique underground locale, du label Warp et du trip hop. Je rêve d’en faire partie. Dans une boutique de sérigraphie, je rencontre les membres de Crescent, qui m’invitent à les rejoindre en concert. Par la suite, je jouerai aussi avec Movietone, Gravenhurst, Camera Obscura… »

2007, les années de débrouille. « Je me produis sur scène ; à Brooklyn, à Bergen, à Madrid ou dans un supermarché à Saintes. Je n’ai plus autant de fantasmes, je baigne dans le DIY jusqu’au cou, ce sont les années Myspace. Mais je fais beaucoup de rencontres, qui me permettront plus tard de signer sur des labels, de Talitres à Domino. »

« En 2011, je pense tout abandonner pour devenir jardinier ou assistant social. »

2011, la signature chez Domino. « C’est la consécration après une longue période de galère et des moments de crise où je pense tout abandonner pour devenir jardinier ou assistant social… Puis je retourne à Saintes et j’enregistre avec Amaury Ranger ce qui deviendra plus tard « Piano Ombre » – mon album de cœur. Je réalise que les choses faites avec passion ont le droit, elles aussi, à une place dans le monde artistique. »

4 juin 2013, le concert à Ouagadougou, Burkina Faso. « Une date parmi les explosions joyeuses de nos concerts avec Amaury, Pierre Loustaunau, Gérard Black, Jean Thévenin… Et qui se symbolise à Ouagadougou, le jour où on a enregistré l’EP « L’Homme tranquille ». On avait jammé toute la nuit dans un bar, vivant le fantasme de la musique africaine. Le lendemain soir, on a fait un concert à l’Institut français avec des joueurs locaux, dont un flutiste à la dégaine de berger sorti de nulle part. Tous les rythmes glissaient, ondulaient, nous transportaient. Ce concert a été un vrai moment de transe avec mes compagnons de route. »

2017, la sortie de « Solide Mirage ». « La période DIY puis ces années de poésie, de maniérisme et de peaufinage de groove : tout cela nourrit une nouvelle étape, celle d’un message plus direct, où l’on trouve des formulations en prise avec le réel. Étant privilégié dans ma tour d’ivoire d’auteur-compositeur, je voulais tendre la main vers le monde qui m’entoure, connaître davantage l’Autre. Car, malgré les tensions et la violence actuelles, je suis très enthousiaste quant à l’avenir musical. »

Frànçois & The Atlas Mountains, « Solide Mirage », sortie le 3 mars 2017 chez Domino.

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS