Kurt Cobain est mort il y a 25 ans : le récit des derniers mois de sa vie

Au moment où Nirvana entame une tournée européenne en 1994, les signes que Kurt Cobain est au plus bas ne vont faire qu'empirer. Car tout a commencé bien avant le 5 avril. Flashback.

Le suicide est devenu rock. Le 5 avril 1994, le choc est tel que même aujourd’hui, certains ne s’en sont toujours pas remis. Kurt Cobain a mis un flingue sur dans sa bouche et a appuyé sur la gâchette pour quitter ce monde. Alors forcément, a posteriori, il est facile d’affirmer qu’il était possible de voir venir ce destin tragique comme le nez au milieu de la figure tant la vie était devenue pour lui un enfer. Le problème avec sa mort soudaine, au moment où le groupe est à son apogée, c'est qu'elle a fait de lui un mythe. Le timing a malheureusement joué en sa (dé)faveur, et a fait de Cobain la quintessence de la rockstar, un cliché sur patte dont on n'arrive toujours pas à se débarrasser.

No Future. Retour quelques mois avant sa mort. Malgré son côté « anti-commercial », « In Utero » sort en septembre 1993 et se classe en tête des ventes. Rien n’y fait : Kurt Cobain est la plus grande rockstar de sa génération et sa tête est placardée dans toutes les chambres d’ados à travers le monde. Lui voudrait retrouver un statut de groupe « underground », mais le retour à une vie loin des lumières semble impossible. La tournée européenne pour « In Utero », que Kurt voulait appeler « I Hate Myself and I Want to Die » (un premier signe), débute en février 1994. 

Première tentative de suicide. Les concerts sont mauvais, Kurt n’y est plus et au bout de cinq jours, il commence à parler d’annuler le reste de la tournée. Ses douleurs à l’estomac le rongent, tout comme sa relation avec ses copains Dave et Krist, ainsi qu’avec sa femme et rockeuse Courtney Love. Le 1er mars, à Munich, il se dispute au téléphone avec elle. Il n’en peut plus et veut en finir avec Nirvana. Le concert ne dure que quelques minutes. Et ça sera le dernier du groupe. 

Kurt s’envole alors pour Rome où sa femme et sa fille le rejoignent. Le 4 mars, il est retrouvé inconscient à cause d’un mélange toxique de champagne et de Flunitrazépam (un médicament aux puissantes propriétés hypnotiques). Première tentative de suicide (comme l’affirmera plus tard Love) accompagnée d’une lettre où il dit préférer mourir que de divorcer. De retour à Seattle, il ne veut plus entendre parler de Nirvana et refuse de prolonger la tournée et de se produire au festival Lollapalooza. Le 18 mars, il s’enferme dans les toilettes avec des armes avant que la police n’intervienne. 

Rien ne pouvait l'en empêcher. Son entourage essaie alors de l’aider. Le 25 mars, une dizaine de personnes sont là pour une « intervention » afin d'essayer de lui faire reprendre pied. Kurt accuse Courtney d’être encore plus « tarée que lui » et cette réunion ne débouche sur rien, malgré l’ultimatum de sa femme : soit tu te soignes comme moi, soit je pars. Elle partira juste après l’intervention. Le chanteur appelle alors ses grands-parents et souhaite leur rendre visite pour aller pêcher. Fin mars, la mère et la sœur de Kurt le retrouvent défoncé à l’héroïne. 

Le leader de Nirvana finit par dégoter un flingue avec l’aide d’un ami et s’envole pour Los Angeles où il doit passer quatre semaines en cure de désintoxication. Au bout de trois jours, il s’échappe et prend le premier avion pour retourner à Seattle. Les derniers jours sont compliqués à retracer, notamment parce que Courtney a fait annuler la carte de crédit de Kurt. Dans le grenier au-dessus du garage, il se défoncera une dernière fois, il écrira une lettre où il dira que rien, ni même sa musique, ses fans, et l’amour de sa femme et de sa fille ne pourrait combler ce trou dans sa vie. Il mettra un pistolet dans sa bouche. Et boum. Il pensait être le problème et que le monde irait mieux sans lui. Pas sûr que ce soit le cas.

Il n'est pas un génie romantique. Le fait que Kurt Cobain ait souffert dans sa vie privée, notamment à cause de la célébrité, de son état mental instable et de douleurs physiques, n’a rien de glorieux, ni de romantique. Mas il a réussi à transposer ses problèmes personnels en musique. Pour certains, sa capacité à être un si grand artiste était nourri par ses troubles mentaux, ce qui est bien évidemment beaucoup trop réducteur. Et ces problèmes, avec lesquels il a vécu toute sa vie ont fini par prendre le dessus. La chute était inévitable. 

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS