Gene Simmons de Kiss veut breveter le signe des cornes

Officiel : le bassiste de Kiss veut faire DU geste metal sa marque déposée. OKLM. Mais la grande gueule en est-il vraiment le papa ? On a mené l’enquête pour refaire l'histoire des cornes dans la pop culture.

Gene le Mytho. Toute langue dehors, c’est la marque de fabrique du bassiste de Kiss. Sur scène comme dans la vie, il aime la polémique. Sa dernière trouvaille pour gratter un peu de buzz ? Faire une demande au Bureau Américain des Brevets pour s’approprier le signe des cornes.

Il prétend être le premier à l’avoir inventé lors d’une tournée en 1974. S’il obtient gain de cause, plus aucun artiste ne pourra dresser son index et son auriculaire vers le ciel, pouce sorti. Mais ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il l’a pompé sur Dr Strange, comics créé en 1963 dont il est fan. Steve Ditko, le créateur de la série, s’était lui-même inspiré du Karana Mudra des Bouddhistes. Bah alors Gene, un petit trou de mémoire ? Surtout, le premier musicien a avoir fait ce signe, c’est John Lennon sur la couverture du single Yellow Submarine en 1966. Le Beatle l’a choisi parce qu’il veut dire amour en langage des signes. Un geste qui sera ensuite très à la mode chez les hippies.

Satan m’habite. Dans les années 1970, c’est la version sataniste qui va devenir l’emblème du Heavy Metal. Le fondateur de la Church of Satan, Anton LaVey, qu’on croirait tout droit sorti d’un James Bond, popularise le geste. Pouce rentré cette fois. Il fait même un tuto à la télé US en 67.

Deux ans plus tard, pour leur premier album chargé de références occultes, des membres du groupe psyché Coven posent en train de faire les cornes du diable. L’un d’eux s’appelle Greg « Oz » Osborne. Et un de leurs titres se nomme Black Sabbath. Dix ans après, c’est à cause du départ d’Ozzy Osbourne du groupe Black Sabbath que le signe des cornes va devenir un classique des concerts. Drôle de coïncidence ou magie noire ? Ronnie Dio doit remplacer l’idole, dont le gimmick était de faire deux symboles de la paix. Il se rappelle sa grand-mère italienne qui faisait les cornes pour repousser le mauvais œil. Quiproquo, le public le voit comme un pacte avec le diable. Une transgression qui va faire le succès du signe. Tellement cool qu’il rentre vite dans la pop culture.

Va au diable. Simmons est possessif. Il veut garder le signe des cornes pour lui tout seul. Qu’il se prépare à être cocu. D’ailleurs, en Sicile, c’est exactement ce que le signe veut dire. Il pourra toujours se consoler avec sa fortune de 300 millions de dollars. Mais franchement, même Britney Spears et Justin Bieber font les « devil horns ». Il serait peut-être temps de trouver autre chose, non ?

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS