Une étude révèle enfin qui sont les rappeurs les plus égocentriques

Nicki Minaj est, de loin, l'artiste rap qui fait le plus référence à elle-même dans ses textes. C'est prouvé : un petit malin du nom de Ben Lemon s'est même attelé à décortiquer les textes de centaines de chansons.

La tentation du nombrilisme. On ne refera pas un énième article sur le rôle de l’ego trip dans le rap. Il est présent, depuis toujours, avec comme archétype des titres comme Me Myself and I de De La Soul puis de G-Eazy, et tant pis si les détracteurs du genre ne le supportent pas. Tout de même, un chercheur américain du nom de Ben Lemon a décidé de recenser les rappeurs les plus égocentriques dans leurs lyrics. Pour se faire, il a répertorié les mots type « I », « me », « my », « mine » et a disséqué des centaines de chansons.

Sur 17 665 mots analysés dans le répertoire de Nicki Minaj, 2 026 sont des références à elle-même.

Nicki Minaj, championne du surmoi. Si en terme d’image, Kanye West tient certainement le pompon (à la lutte avec Slick Rick en son temps), en terme de texte, c’est Nicki Minaj qui arrive en tête du classement avec des statistiques assez folles. Accrochez-vous : sur 17 665 mots analysés dans son répertoire, 2 026 sont des références à elle-même. Beau score. Histoire de pousser le vice jusqu’au bout, Ben Lemon a même révélé quelle chanson de chaque artiste était la plus égocentrique. Pour Minaj, c’est, et de loin, Right By My Side. Elle y parle d’elle tous les 3,5 mots.

Soigner son ego. À la seconde place du classement, on trouve une surprise : Kid Cudi, avec Insides Out comme titre le plus nombriliste. Suivent les moins surprenants Big Sean (First Chain), Future (Groupies), Drake (Glow), J Cole (St. Tropez), Kanye West (I Love Kanye), A$ap Rock (Excuse Me), Jay Z (A Dream) et enfin, en dixième position, Kendrick Lamar (u). Mais l’étude serait incomplète si elle ne révélait pas aussi les titres les moins égocentriques de ces artistes. All Things Go de Nicki Minaj contient au total 718 mots, pour 67 références à elle-même. Chez Kid Cudi, c’est We Aite, et pour Big Sean, c’est I Know.

Le rap, sous un autre angle. Le détail de l’étude est disponible sur le site perso de Ben Lemon. Et celui-ci vaut grandement le détour : on y trouve des articles intitulés « Est-ce que l’obsession de Lil Wayne pour le mot « Pussy » a ruiné sa carrière (Non, et voici les données qui le prouvent) ? », d’autres analysant quel rappeur défend et mentionne le plus New York dans ses textes, ou décortiquant, chiffres de ventes à l’appui, quelle rappeuse est la plus successful de l’histoire… Bref, un bon moyen de faire baisser drastiquement sa productivité.

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS