Les endroits les plus dingues pour écouter des vinyles gratos

Longtemps dédaignées, certaines bibliothèques mirifiques ouvrent leurs portes au public et offrent accès à leurs archives musicales, presque tous les jours de la semaine, et ce, gratuitement. Le meilleur moyen d’allier sa passion pour la musique et les voyages.

The British Library Sound Preservation, à Londres. À seulement deux heures de Paris en train, la British Library Sound Preservation, située dans le quartier de St Pancras dans le centre, possède plus de 6 000 000 objets musicaux en tout genre, dont 1 000 000 vinyles et 200 000 cassettes. Avec un simple pass gratuit, on peut avoir accès à plus de 2000 000 trésors : enregistrements de la BBC ou encore disques datant de 1898. Pour la petite histoire, cette bibliothèque a été fondée par un jeune homme, Patrick Saul, qui voulait absolument écouter un disque (Dohnányi’s Violin Sonata) qu’il n’arrivait pas à trouver. La désillusion est telle qu’il décide de créer un endroit où l’on pourrait écouter n’importe quel disque. Chose faite.

The Rodgers and Hammerstein Archives of Recorded Sound of The New York Public Library, à New York. L’expérience se veut très personnalisée. La bibliothèque contient des cabines personnelles avec un technicien pour vous guider dans vos recherches. En accès libre tous les jours de la semaine, l’endroit est situé au deuxième étage du bâtiment. Les techniciens sont quant à eux dans les sous-sols et attendent vos demandes afin d’aller chercher les trésors que vous désirez. Vous pouvez jusqu’à demander la pochette de l’album afin de l’avoir entre vos mains.

PS : si vous recherchez quelque chose de vraiment spécifique, n’hésitez pas à les contacter en amont de votre visite.

La « Music library + understage » à Seoul. Située dans le quartier de Hannam dong, près d’Itaewon dans le centre de Séoul, la bibliothèque « Music library + understage » abrite une collection de plus de 10 000 vinyles ainsi que 3 000 livres et magazines spécialisés. Construit sur 3 étages, le centre accueille au rez-de-chaussée une salle de concert dédiée aux groupes indies, et les deux étages supérieurs sont réservés aux enregistrements et publications musicales. On y trouve par exemple tous les magazines Rolling Stone ainsi que l’exemplaire des Beatles très controversé surnommé la « butcher cover ». L’accès reste cependant limité, mieux vaut se renseigner à l’avance.

Music Section, Stuttgart City Library, à Stuttgart. Grandement inspirée par le Panthéon de Rome, la bibliothèque a été conçue par l’artiste Eun Young Yi. L’endroit est d’un blanc immaculé, extrêmement lumineux et ouvert sur le centre. Il y a une section pour les enfants et une collection audio de l’histoire de la ville et des alentours. Le petit bonus : on peut créer son propre enregistrement avec des pianos et différents claviers.

The Music Room Potato Head à Hong Kong. C’est un endroit pour les amateurs d’équipements audio (préamplis et amplificateurs Macintosh, un rotary mixer japonais customisé, des enceintes Klipschorn) que l’on croirait tout droit sorti d’un film de Wes Anderson. Très cosy, ce lieu est cependant réservé aux évènements privés où il faut réserver à l’avance, comme des écoutes spéciales, allant des grands classiques aux disques rares de jazz éthiopien.

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS