Les pépites méconnues de la French touch en 15 (gros) morceaux

Pour fêter l'anniversaire du mouvement qui mettait voilà 20 ans la France au centre du monde, le curateur Étienne Guy a eu l'idée de la compilation "VOID: Sounds like French Touch". Warmup en trois questions avant une écoute exclusive.

Salut Étienne, à quel moment le mouvement French touch débute-t-il selon toi ? Quel est l’acte fondateur ? 

Pour moi, la « French touch » débute avec la sortie de « Homework » en 1997. De mémoire, Motorbass avait lancé le truc avant, mais ce sont les Daft qui ont tout pété avec cet album. Je pense qu’on a commencé à parler de ce courant musical à échelle internationale à ce moment-là.

« La French touch est plus une idéologie qu’un simple courant musical. »

Et quel est le dernier grand morceau, à ton avis, qui clôture définitivement cette période ? 

Il y a deux positions : celle du puriste qui te dira que la French touch s’est arrêtée à la fin des années 1990 avec cette vague d’artistes assez dingue (Cassius, Alex Gopher, The Supermen Lovers, Étienne de Crécy, Air…) ; et celle avec laquelle je suis plus en accord, qui consiste à penser que la French touch est plus une idéologie qu’un simple courant musical. C’est le fait de produire une musique très frenchy, avec une portée internationale. En fait, c’est très chauvin et cocorico, dans un sens. À ce titre, ce que fait La Femme en 2017 ça peut limite rentrer dans cette idée de French touch.

Hormis Gopher, Tellier et Supermen Lovers (auteur d’un mix bonus à découvrir en cliquant ici), on note pas mal de noms actuels dans la liste. Crois-tu à un renouveau du genre ?

La sélection, je l’ai intitulée « Sounds Like French Touch » pour me donner plus de liberté et pour élargir les choses. Je suis dans un premier temps allé gratter dans la discographie de certains tauliers comme The Supermen Lovers, Demon ou encore Alan Braxe, pour proposer des titres qui, selon moi, tabassent et qui sont sûrement moins connus du grand public. Ensuite j’ai puisé dans le catalogue de labels prestigieux (Record Makers, Citizen Records, I’m a Cliché…) très proches d’IDOL (nous sommes un distributeur digital de musique) avec qui nous travaillons en étroite collaboration et ça depuis des années. Enfin, je suis allé chercher des titres d’artistes qui peuvent paraître assez éloignés de la French touch mais pourtant dans les sonorités il n’y a pas photo. Genre Next of Kin de Surkin, ça va faire près de dix ans que je ne m’en lasse pas ! Aujourd’hui, je pense au crew de Nowadays [Fakir, Clément Bazin, La Fine Equipe, ndlr]. Pour moi, tous ces artistes représentent une forme de French touch et je pense que ce terme sera à jamais lié à l’histoire de la musique électronique française.

« VOID: Sounds like French Touch », compilation en écoute dès maintenant sur Spotify et dispo all around the world. Quand aux Supermen Lovers, leur dernier EP est déjà en écoute ici, et leur prochain double album « Body Trouble » sortira à la rentrée 2017.

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS