Après 8 ans d’absence, Fever Ray débarque avec un album surprise

La musicienne la plus flippante de Suède revient sans avoir prévenu personne et ça s’appelle « Plunge ». C’est déjà en écoute, juste en dessous.

Esthétique de la rareté. On ne sait pas – enfin on se doute que non – si Karin Dreijer a suivi les conseils du publicitaire Jacques Séguéla, mais toujours est-il que sa carrière, jusque-là, est un exemple à suivre pour tous les musiciens trop prolifiques. À peine cinq albums en quinze ans avec The Knife, le duo fondé avec son frère, et encore plus fort pour Fever Ray, son projet solo, avec un seul (et monumental) album, sorti en 2009.

Peut-être est-ce parce que la sœur spirituelle de Björk commençait à trouver un peu le temps long, mais, donc, Fever Ray revient. Pas dans une semaine ou un mois, non, tout de suite.

Winter is coming back. Précédé d’un premier clip ultra chelou qui annonçait déjà bien la couleur (encore qu’on ne sache pas si le noir en soit vraiment une), « Plunge » sonne à sa manière le début de l’hiver. Toujours résolument anti-pop, glacial et porté par des sonorités métalliques, ce deuxième album en dix ans a été produit avec la « reine de la techno industrielle » Paula Temple, mais aussi Deena Abdelwahed, NÍDIA, Tami T, Peder Mannerfelt et Johannes Berglund. Il en résulte un bon bâton congelé qui contraste parfaitement avec toutes les sucreries américaines (et pour les nostalgiques du premier album, direction instantanée au morceau Red Trails). À 45 ans, Karin Dreijer s’affirme plus que jamais comme l’exact opposée d’une Ariana Grande. Dans son anti-monde, la noirceur synthétique et tribale est une autre forme de beauté.

Pour couronner le tout, la leader de Fever Ray s’est fendue d’une petite lettre à l’attention de ses fans, à lire en intégralité sur sa page Facebook, où la musicienne explique « qu’on avait tous attendu trop longtemps et qu’il était temps de repartir pour un tour maintenant que tout le monde était là ». Une manière comme une autre de déclarer la guerre ré-ouverte pour celle qui déclare aussi que « décider d’échouer est plus dur que la chute elle-même ». Comprenne qui pourra.

« Plunge » sortira en vinyle et en CD le 23 février via Rabid Records. Pour réserver votre copie, c’est par .

The decision to fall is harder than the fall itself.https://rabid.lnk.to/frwebsiteFa

Posted by Fever Ray on Thursday, October 26, 2017

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS