À 71 ans, Arnold Schwarzenegger se lance dans le rap (et c’est ultra gênant)

L’acteur, connu pour son rôle de Terminator, se transforme le temps d’un morceau en « rappeur ». Et on se dit que, peut-être, il n’aurait pas dû.

Hey, Arnold. Pour beaucoup, il est Terminator, le cyborg censé sauver la Terre entière. Pour d’autres, il a été le gouverneur de la Californie. Mais ça, c’était avant la sortie de Pump It Up - The Motivation Song, une chanson sur sa carrière (oui) écrite en collaboration avec le chanteur autrichien Andreas Gabalier, et sur laquelle Schwarzenegger apparaît en guest. Mais Arnold n’est pas juste là pour faire le beau : il « chante » une sorte de « motivation speech » bourré de phrases toutes faites que l’on imprime généralement sur les tasses à café. Exemples : « Ask yourself : who do you want to be », « Trust yourself and all your dreams comme true », « Don’t be afraid to fail » ou encore pire, « No pain, no gain ». On vous épargne, pour vous yeux, la traduction.

Réussir dans la vie = faire du sport. Le clip pour cette chanson aussi motivante qu’un album de Radiohead est, lui aussi, une pépite de clichés sur sa vie. On le voit devant son ancienne salle de gym, dans une salle de gym, en train de se rendre à la salle de gym, le tout entrecoupé d’images d’archives du jeune Arnold bodybuildé comme jamais. Si après l’écoute, vous n’avez toujours pas pris votre abonnement à la salle de sport la plus proche, alors on n’y comprend plus rien. La seule chose censée qu’Arnold chante, c’est « I’ll Be Back », une référence à son personnage de Terminator, qui revient au cinéma aux côtés de la fameuse Sarah Connor en octobre 2019.

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS