10 groupes écossais à écouter en urgence

L’Écosse est le berceau des plus grands groupes de rock au monde et en 2017, le pays figure toujours parmi les terres les plus fertiles de la musique. Pas convaincus ? En voici 10.

Honeyblood. Des mélodies à la fois douces et furieuses. Du punk, du rock et de l’indie pop réunis sous un premier album éponyme sorti en 2014. L’année dernière, « Babes Never Dies » mélange la ferveur de Kathleen Hana mixée avec la rage des Ramones. Honeyblood : un duo en colère.

Catholic Action. Les Catholic Action font parler d’eux pour deux raisons. La première, ils sont l’un des groupes les plus excitants de la nouvelle scène écossaise. La seconde, ils ont écrit une chanson en hommage à Rita Ora, chanteuse et animatrice ultra populaire au Royaume-Uni. En écoute, Breakfast, une pépite pop.

CHVRCHES. Le groupe a réussi à se façonner une place de choix dans le paysage de la synth-pop. Deux albums  (« The Bones of What You Believe » en 2013 et « Every Open Eye » en 2015) qui ont propulsé le groupe au rang de stars mondiales. 2013, 2015… 2017 ? On vous tient au courant.

Spinning Coin. Adulés par Stephen Pastel, l’emblématique leader de The Pastels, Spinning Coin proposent une pop édulcorée, presque enfantine, mais terriblement additive. Le titre Albany avait fait des vagues en 2016 et cette année, c’est la sortie de « Raining On Hope Street » qui annonce un bel avenir (pluvieux) pour Spinning Coin.

The Jesus And Mary Chain. Impossible, ou presque, de ne pas écrire quelques lignes sur les légendaires pionniers du Shoegaze. Une carrière aussi bien marquée par des fulgurances que des échecs commerciaux. Après plusieurs années sans se parler, les deux frères se sont rabibochés et ont sorti cette année « Damage And Joy », leur septième album studio.

Paws. En très peu de temps, Paws a réussi à s’imposer comme groupe culte en Écosse. Un premier essai, « Cokefloat! », très concluant et une réputation exacerbée par des performances live intenses. Leur troisième album « No Grace » est sortie en 2016.

Be Charlotte. Un accent écossais assumé (incompréhensible donc), des mélodies pop radio friendly et une tendance à l’expérimentation, Be Charlotte incarne la diversité pop de l’Écosse, ainsi que la nouvelle génération, ouverte sur le monde.

Teenage Fanclub. Au même titre que les Jesus And Mary Chain, difficile d’oublier Norman Blake et sa bande. Eux qui avec « Bandwagonesque » ont sorti le meilleur album de l’année 1991, devant Nirvana, Primal Scream ou encore My Bloody Valentine. En 2016, et après six années d’absence, le groupe est revenu avec « Here ». Ils seront dans l’hexagone en juin, à Orléans, Bordeaux et au festival This Is Not A Love Song Festival à Nîmes.

Man Of Moon. Ils ont beau être jeunes, les Man Of Moon possèdent une maturité étonnante. Leur premier single, The Road, est un voyage sonique, nébuleux et ombragé. Leur premier EP est sorti dans la foulée en 2016 et un album est en cours.

Young Fathers. Du prestigieux prix Mercury en 2014 aux premières parties de Massive Attack en 2016, l’ascension de Young Fathers, originaires d’Edimbourg, est fulgurante. Comme Be Charlotte, ils incarnent eux aussi la nouvelle vague d’électro-pop qui touche actuellement le pays.

Vous aimerez aussi

  • Qui sommes-nous

    Pour en savoir plus sur JACK
    VOIR LA PAGE
  • Newsletter

    Le meilleur de JACK dans votre boîte mail

  • Contact

    JACK aime les projets, idées, remarques, mais aussi les câlins
    CONTACTEZ-NOUS